Réforme du certificat énergétique de l'immobilier

Le projet de réforme du certificat énergétique comprend des résidences secondaires, des visites obligatoires et la responsabilité des annonceurs et des portails, entre autres innovations.

Un arrêté royal est en cours d'approbation pour modifier la réglementation relative au certificat d'efficacité énergétique exigé des bâtiments. Le règlement actuel est en vigueur depuis 2013. Il s'agit maintenant de l'adapter à une nouvelle directive européenne du 30/05/2018, mais dans le projet d'arrêté royal de nouvelles obligations pour les propriétaires s'ajoutent. Plus de dépenses, plus de contrôle administratif et une réelle amélioration de l'efficacité énergétique?

Visite obligatoire

Le projet comprend l'obligation du technicien de visiter la propriété au moins une fois dans un délai maximum d'un mois avant la délivrance du certificat.

Obligatoire pour les résidences secondaires

Le certificat deviendra également obligatoire pour les résidences secondaires. Jusqu'à présent, les bâtiments résidentiels existants ou parties de bâtiments, dont l'utilisation est inférieure à quatre mois par an, ou pour une durée limitée par an et avec une consommation d'énergie attendue inférieure à 25% des Elle résulterait de son utilisation tout au long de l'année, à condition qu'elle le soit au moyen d'une déclaration responsable du propriétaire de la maison. Avec la nouvelle réglementation, elle serait également requise pour ces propriétés.

Selon les données du rapport, cela toucherait 528 415 logements chaque année, tant les résidences secondaires que les logements vides, vendus ou loués, qui n'étaient pas auparavant soumis à cette obligation.

  10 autres réponses sur le certificat d'efficacité énergétique ...

Un certificat pour chaque opération de vente ou de location?

Une autre modification envisagée pourrait impliquer qu'un nouveau certificat est requis chaque fois que le bien doit être vendu ou loué à un nouveau locataire (locations soumises à la LAU 1994, hors locations touristiques).

Jusqu'à présent, selon l'article 2 de l'arrêté royal, il n'était pas nécessaire de commander un nouveau certificat s'il y en avait un valide. La durée de validité était de 10 ans. En supprimant cette référence aux certificats actuels, cela pourrait représenter une dépense supplémentaire pour toutes les locations, ainsi que pour les ventes effectuées sur des périodes de moins de 10 ans.

Nous comprenons maintenant que le nouveau libellé de l'article 5.1 de l'arrêté royal (selon le projet) continue de protéger le fait que s'il existe un certificat en vigueur, il ne sera pas nécessaire d'en obtenir un nouveau avant chaque achat ou opération de location.

Annonces de vente ou de location

Tous les bâtiments ou une partie d'entre eux qui sont annoncés à la vente ou à la location doivent inclure les informations concernant la cote d'efficacité énergétique, conformément au document reconnu «Évaluation de la performance énergétique des bâtiments».

Le projet clarifie également la responsabilité des agences et des portails immobiliers à inclure dans les publicités des labels énergétiques. Pour cela, ils doivent avoir en leur possession le certificat énergétique de la propriété avant de procéder à l'annonce.

Nous devrons attendre l'approbation finale du projet pour voir les modifications finales. Il reste à définir quels sont les techniciens reconnus pour signer ces certificats. La CNMC a rappelé qu'aucune réserve ou restriction injustifiée ne devait être imposée.

  certificat énergétique - CERTIFICATS
Réforme du certificat énergétique de l'immobilier
4.9 (98%) 32 votes