L'Assemblée mondiale amazighe intimé à nouveau à des répara …

L’Assemblée mondiale amazighe exige une nouvelle réparation en réponse aux effets de l’utilisation d’armes chimiques contre le Rif de la partie des chefs d’État espagnol et français.

L'Assemblée mondiale amazighe demande à nouveau aux chefs d'État du Royaume d'Espagne, le roi Felipe VI, et de la République française, le président Emmanuel Macron, de procéder à des réparations en réponse aux effets de l'utilisation d «armes chimiques contre les populations civiles du Grand Rif marocain.

Contenu CES correspondant:

L'Assemblée Mondiale Amazighe demande de nouveau aux chefs d'État d'Espagne et de France des réparations en réponse aux effets de l'utilisation d'armes chimiques contre les populations amazighe dans le Rif lors de la bataille d'Anoual qui opposa un contingent militaire espagnol à l'armée rifaine de Mohamed Abdelkrim al-Khattabi, dans la région du Temsamane, dans le Rif en juillet 1921.

A l'occasion du 99e anniversaire de la celèbre bataille d'Anoual, l'Assemblée Mondiale Amazighe sollicite de nouveau les chefs d'État d'Espagne, le roi Felipe VI, et de la République française, le président Emmanuel Macron, plaignant des Réparations en réponse aux effets de l'utilisation d'armes chimiques contre les civils du Grand Rif marocain.

Ci-après, il contenait des correspondances envoyées:

A Son Excellence M. Emmanuel MACRON,

Président de la République Française,

Objet: Réparation des préjudices présentés par la guerre chimique contre le Grand Rif marocain.

Références: PDR / SCP / BEAR / D026495.

Monsieur Le Président,

A l'occasion du 99ème anniversaire de la fameuse bataille d'Anoual, nous venons attirer de nouveau votre attention sur le grand préjudice non résolue immanquablement la responsabilité de la République française dans l'utilisation des armes chimiques contre les populations civiles du Grand Pendentif Rif marocain la Guerre du Rif de 1921-1927.

Nous nous rappelons bien que lors de votre déplacement en Algérie en février 2017, vous avez eu le courage d’affirmer que: «la colonisation est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie, et ça fait partie de ce passé que nous devons irrir en face en présentant aussi des excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes ». Des mots très forts qui se son accompagnés par votre louable décision de restituer, récemment de 24 crânes de résistants algériens décapités au XIXème siècle. De même nous saluons les plus profonds regrets pour les blessures infligées lors de la période coloniale belge au Congo (l'actuelle RDC) du roi Philippe de Belgique.

Mais ce que nous aimerions bien vous rappeler que les forces coloniales françaises, en coordination avec les forces militaires espagnoles ont procédé à l'utilisation des armes chimiques contre les populations sociales du Grand Rif, pendant la guerre du Rif, entre 1921 à 1927, quand le Maréchal Philippe PETAIN avait eté chargé par la République française de réprimer la révolution des tribes rifaines, j'ai réalisé par notre héros libérateur Mohamed ABDELKRIM EL KHATTABI, entre 1924 et 1927. Plus de détails ici:

  FAQ sur les condos

A propos de ce dossier, nous avons eu l'occasion d'interpeller à deux reprises l'ex-président François HOLLANDE en ces termes: 'Je vous rappelle que la France s'est retrouvée, au début du siècle passé, responsable d' a protectorat sur le Maroc, (Ex-Empire chérifien marocain). En vertu de ce protectorat, la France était censée assurer la protection du Maroc dans ses frontières authentiques. Ou, il s’en est suivi un dépeçage, une partition et une pseudo «pacification» par les armes et le sang. En tant que «nation civilisée», la France était tenue par le droit coutumier et conventionnel de la guerre de protéger, notamment, la population civile et de ne pas se surre complice ou utiliser elle-même contre cette même population sans défense et non combattant des armes prohibées. Or, les documents, archives et études témoignent de ce que, dans un premier temps, la France s'est rendu complice de l'Espagne à laquelle elle a vendu des armes chimiques de destruction massive avant de les utiliser elle-même contre les rifains (population du nord du Maroc), lors de la guerre de libération conduite par le président Mohamed Abdelkrim El Khattabi. La guerre chimique contre le Grand Rif est non seulement une violation des règles les plus élémentaires du droit de la guerre mais de surcroît et encore plus grave les héritiers des victimes d’hier continue de souffrir aujourd’hui encore. En effet, les noms des études génétiques d’experts confirmés démontrent et témoignent des effets mutagènes et cancérigènes des armes utilisées: l’ypérite ou gaz moutarde, le phosgène, le disphosgène et la chloropicrine. »(Lire aussi le dernier appel des Amazighes auprès de l’Elysée).

Le mercredi 27 janvier 2016/2966 à Paris, j'ai déposé personnellement une autre lettre au Palais de l'Elysée en rappelant de nouveau à votre ex-président en ces termes: «A l'aimable attention de Monsieur François Hollande, Président de la republica française. Par lettre citée en référence (PDR / SCP / BEAR / D026495), nous vous avions saisi au sujet de l'objet visé en marge. En date du 7 avril 2015, vous étiez très bon au biais de votre cabinet en nous précisant que vous aviez pris connaissance avec la meilleure attention de notre courrier quant à la réparation des préjudices consécutifs à l'emploi des armes chimiques de destruction massive contre les populations civiles du Rif, lors de la guerre du même nom entre 1921 et 1926, et qu'il avait eté transmis au secrétaire d'État chargé des anciens combattants et de la mémoire, auprès du ministre de la défense, qui nous Vous trouverez des informations sur la suite qui pourra lui être réservée ». Ou, depuis et à ce jour, on n'a malheureusement reçu aucune suite à cette affaire.

  Étapes et documentation pour inscrire le certificat énergétique ...

Dans l’attente de vous pencher consciencieusement sur cette légitime requête, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

À Sa Majesté Philippe VI

Roi d'Espagne

Palais de la Zarzuela à Madrid – Espagne.

Objet: Réparations en réponse aux effets de l'utilisation d'armes chimiques contre les populations du Grand Rif (nord du Maroc).

Votre Majesté, Après les salutations d'usage, et à l'occasion du 99e anniversaire de la bataille d'Anual, nous vous adressons à nouveau en vous demandant d'intervenir à nouveau pour un règlement amiable de la question de l'utilisation des armes chimiques contre la populations du Grand Rif (nord du Maroc), encouragées par les affirmations du président français Emmanuel MACRON selon lesquelles: «la colonisation est un crime. C'est un crime contre l'humanité. C'est une véritable barbarie, et c'est une partie de ce passé que nous devons affronter et aussi nous excuser auprès de ceux avec qui nous avons commis ces actes. Des déclarations qui ont été accompagnées de sa décision louable de revenir, récemment 24 crânes d'Algériens résistants décapités au cours du 19ème siècle. De même, nous saluons les récentes et courageuses déclarations de remords du roi Philippe de Belgique pour les blessures infligées pendant la période coloniale au Congo.

Nous avons l'honneur de vous informer que votre réponse du 29 mai 2015/2965 à nos lettres que nous avons eu l'honneur d'envoyer à Votre Majesté, il y a un peu plus de cinq ans (celle du 7 février 2015), sur le question de la guerre chimique contre les populations civiles du nord du Maroc pendant la guerre du Rif de 1921 à 1927, l'appelant à intervenir en faveur d'un règlement amiable de la question de l'utilisation des armes chimiques de destruction massive, sinon Interdit par le droit international, il reste en suspens en raison de l'absence de résolution de plusieurs ministres des Affaires étrangères et de la Coopération.

Cependant, notre délégation composée du Dr Mimoun CHARQI, Amina IBNOU-CHEIKH et moi-même, avons d'abord été convoquée à l'ambassade d'Espagne à Rabat le 23 juin 2015, et reçue par M. M. José Luis LOZANO GARCIA, avec qui nous avons eu le privilège de nous entretenir longuement de la question et de leur offrir une vaste documentation à ce sujet.

En l'absence de réponse officielle, nous avons eu l'initiative de rappeler à M. Alfonso DASTIS, ancien Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, l'ancien gouvernement populaire de M. Mariano RAJOY BREY, à travers une lettre adressée à 7 Novembre 2017/2967, dans lequel nous lui avons demandé d'agir avec son autorité morale et sa responsabilité politique afin qu'il puisse nous donner une réponse favorable de sa part. En effet, l'ancien ministre, M. DASTIS, a été sollicité par le député catalan MD Joan TARDA dans les Cortes le 7 février 2018/2968, et a déclaré à ce sujet qu'il avait reçu notre email (https: // youtu. be / JWLUlN62cMI? t = 46) et a publiquement promis de donner suite aux demandes de notre ONG, l'Assemblée mondiale Amazighe, concernant l'utilisation d'armes chimiques dans les campagnes du Rif. (fichier: /// C: /Users/PC/Pictures/1%20a%20marrakech_tighdwin%2023avril16/Guerra%20quimica%20Dastis_Tarda.PDF). Malheureusement, M. DASTIS, ni son prédécesseur, M. José Manuel GARCIA-MARGALLO, n’ont pas tenu leurs promesses. Par conséquent, ils n'ont pas pris au sérieux nos revendications légitimes ou les vrais slogans du chef de l'État.

  Certificat énergétique: étapes à suivre pour les étages à vendre ...

Cependant, M. Josep BORRELL FONTELLES, alors qu'il gérait ce portefeuille d'extérieurs, après avoir rappelé la question de l'ancien porte-parole de l'ERC, M. TARDA, à la Commission des Affaires étrangères du Congrès des Députés, le 19 décembre 2018 / 2968, expriment que face au centenaire de la bataille annuelle en 2021/2971, l'Espagne et le Maroc allaient engager un processus de fermeture mutuelle des blessures, "et il a souligné que tout processus de réparation et de réconciliation doit prendre en compte ce qui s'est passé dans Annual »(www.europapress.es/nacional/noticia-borrell-plantea-utilizar-centenario-batalla-annual-cerrar-heridas-marocco-guerra-rif-20181219220356.html). En conséquence, et par courrier recommandé, nous nous sommes adressés le 7 février au Ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, Mme Arancha GONZALEZ LAYA, mais elle n'a pas non plus pris la peine de prendre au sérieux cette grande question en suspens!

Majesté,

Nous vous demandons de prendre la décision de soulever cette question avec le gouvernement actuel et son ministre des Affaires étrangères, afin qu'il puisse l'étudier sérieusement et qu'il nous envoie une fois pour toutes la résolution officielle appropriée.

En attendant une réponse favorable de votre part, recevez Votre Majesté, l'expression de notre haute considération.

Signé / Signé: Rachid RAHA

Président / Président d'Agraw Amadlan Amazigh (Amazighe World Assembly (AMA))

L'Assemblée mondiale amazighe intimé à nouveau à des répara …
4.9 (98%) 32 votes